Canicule et floraison

A la mi-juin, l’été s’est enfin installé durablement sur notre région…

Les températures estivales ont été très vite éclipsées par une canicule précoce et durable dès le lundi 17 juin. Evidemment quand les températures nocturnes ne descendent pas en dessous de 18°C, la vigne, véritable liane, n’en finit pas de pousser… et il n’en faut pas plus pour que certains d’entre nous soient dépassés par la rapidité de ce développement… Il a fallu composer entre relevages et palissage mais avec courage, motivation, patience et surtout organisation, les travaux en vert ont été bien gérés. Cette chaleur accablante de la dernière décade de juin n’a pas été sans conséquence sur les équipes qui travaillaient au vignoble. Alors, pas le choix, il a fallu adapter les horaires de travail pour que tous puissent supporter ces chaleurs et éviter tout effet indésirable. Voyons le côté positif… être au vignoble à partir de 5h30 et assister au lever du soleil tous les jours sur les vignes constitue au final un instantané, un moment d’exception accompagné de magnifiques couleurs que peu de personnes peuvent vivre… Les organismes ont ainsi moins souffert de la chaleur mais au terme de 10 jours de ce rythme décalé, la fatigue était quand même bien là. Bouteilles d’eau, petites douceurs pour éviter les fringales, chapeaux et crème solaire étaient obligatoires. S’est ajoutée à cela la pommade pour piqure d’insectes car les aoûtats ont sévi et ont bien fait parler d’eux au vignoble et certaines peaux s’en souviennent encore !
Les travaux de palissage sont terminés depuis les premiers jours de juillet et les premiers coups de cisaille manuelle ont pu débuter dans les premières parcelles palissées… Ces températures dépassant les 35°C à l’ombre ont arrêté net le mildiou qui avait su montrer son agressivité par des contaminations primaires sur feuilles dans certaines parcelles de Passy-Grigny, notamment celles gelées plus réceptives aux parasites. A de telles températures, le cycle du champignon s’interrompt, la fructification des taches est limitée et la viabilité des conidies réduite. Donc pour le coup, c’était tout bon pour réduire le risque mildiou, mais il ne fallait pas baisser la garde pour l’Oïdium qui apprécie de telles conditions, seul le rayonnement direct du soleil réussit à le freiner. Néanmoins, les interventions ont été raisonnées et les renouvellements espacés de près de trois semaines parfois, ce qui est plutôt rarissime en Champagne.

Floraison rapide

Sous cette chaleur, la vigne a fleuri très rapidement en quelques jours seulement, la nouaison express nous a surpris chaque jour avec un grossissement express des baies. Après une pleine fleur notée au 18 juin pour le Chardonnay et le Pinot noir puis le 19 juin pour le Meunier, le stade baie de la taille d’un pois et grappe qui s’infléchit vers le bas était bien visible le 4-5 juillet. Cette floraison instantanée n’est pas vraiment souhaitée car on peut craindre d’autres effets non souhaités d’une floraison effectuée sous de fortes chaleurs comme celles enregistrées lors de cette dernière décade de juin. Ainsi, il n’est pas rare de voir de la coulure correspondant à la chute des baies nouées. Sur nos terroirs, ce problème d’ordre physiologique est plutôt limité en intensité même si en fréquence il est bien là ! Le Chardonnay semble peut-être plus touché par cette coulure. Pour nous, l’impact est négligeable au regard des pertes liées au gel de début mai.

A quelle date la vendange?

Evidemment, lorsque la floraison a lieu, on parle inévitablement dates de vendanges et les paris sont ouverts. On peut raisonnablement penser que celles-ci auront lieu vers la mi-septembre (vers le 15-20 septembre dans notre région viticole). Mais il faut attendre les prochaines semaines et la météo pour confirmer cette tendance et les suivis du réseau maturation.
Les travaux mécanisés de rognage et l’entretien mécanique du sol sont effectués en parallèle. Les herbes profitent bien de ces températures ainsi que de l'eau disponible dans le sol et arrivent à se développer à vitesse grand v… nécessitant dans certains cas de les enlever à la main lors de notre passage dans le rang. Cette problématique de gestion des sols soulève beaucoup d’inquiétudes, les essais et tentatives d’adaptation de matériel de tonte ou de griffage des sols sur les engins mécanisés vont bon train… il est toutefois dommage de constater que ce sont les vignerons qui expérimentent, tentent, essayent de trouver des alternatives à l’usage des herbicides alors que les techniciens demeurent plutôt observateurs… Il faudrait réussir à utiliser une tondeuse sur la ligne de plantation montée sur un engin motorisé. On a hâte de voir arriver le robot expérimenté en Champagne par Vitibot pour gérer de telles missions…

Pressoirs révisés

Ailleurs en cuverie, on effectue quelques travaux d’embellissement et d’entretien pour améliorer les activités de pressurage et de vinification. Les matériels de pressurage et de pesage viennent juste d’être révisés et sont prêts pour la prochaine vendange. L’habillage et les expéditions et autres livraisons se poursuivent pour accompagner vos évènements d’été.

Médailles Gilbert et Gaillard

Nos cuvées ont été à nouveau mises à l’honneur par Gilbert et Gaillard avec une médaille d’Argent pour notre brut sans année « Carte Noire » et une médaille d’Or pour notre cuvée « Chardonnay ».

Et on pense déjà au dernier trimestre de cette année avec la préparation d’une nouvelle cuvée, des améliorations pour faciliter les ventes… et d’autres petits projets à venir…

Dimanche, 7 Juillet, 2019