Un soleil brûlant

A la mi-juillet le palissage se termine calmement au vignoble par les parcelles gelées dont la pousse est en retard.  La chaleur règne toujours en maître et la vigne met en veille sa pousse active. Alors que nous soufflons un peu après cette période de travaux en vert, la pression vient de l’oïdium qui comme redouté a tiré profit de ces conditions chaudes… Les fructifications blanchâtres de cette maladie sur baies sont signalées régulièrement au vignoble notamment dans les secteurs plantés majoritairement en Chardonnay. Quels que soient la stratégie, le début de protection, la date d’intervention ou le matériel d’application utilisé, de fréquentes parcelles sont concernées dans les secteurs à historique. Les risques étaient annoncés élevés, nous étions prévenus. Aussi, sur la deuxième décade de juillet l’oïdium vole la vedette au mildiou complètement stoppé par les conditions sèches et chaudes. Fort heureusement, un complément de protection avec du soufre au moment de la floraison, stade de grande réceptivité, permettra de limiter l’expression de cette maladie et son extension sur les grappes touchées. Seules quelques zones très délimitées sont signalées dans certains Chardonnays réellement concernés, des observations et analyses sont en cours afin d’expliquer ces cas d’attaque. A l’échelle du vignoble, le pire aura été évité. Quelques baies touchées sont régulièrement signalées au vignoble comme preuve de cette pression 2019 très élevée. Au début août, il n’est pas rare de repérer une baie touchée sur des grappes de Pinot Meunier, réputé pourtant comme un cépage de moindre sensibilité à l’Oïdium.

 

La première génération de Tordeuses de la Grappe ayant été inexistante en juin sur les inflorescences, nous nous attendions donc à une très faible deuxième génération en juillet. A l'inverse des services techniques officiels qui conseillent un insecticide préventif dans les parcelles hors confusion sexuelle, nous n’effectuerons aucun insecticide, rassurés par nos observations qui ne décèlent pas d'activité de ponte. Bien nous en a pris, les populations très limitées et les conditions sèches et chaudes ont relégué cette deuxième génération au rang des absents. Voilà un autre exemple de viticulture raisonnée, des observations précises pour déterminer le bien-fondé des interventions.

A la fin de la deuxième décade de juillet, les vignerons sont confiants. Les comptages de grappes sont plutôt rassurants malgré le gel printanier et un rendement potentiel agronomique avancé de 11000 kg par hectare pour la commune viticole… mais c’est sans compter sur une deuxième période de canicule qui s’avère beaucoup plus sévère que la première… 

Chaleur extrême et brûlures

Les records tombent un à un au cours de ces deux jours de fournaise que sont ce mercredi 24 et ce jeudi 25 juillet. Plus de 40°C à l’ombre… du jamais vu même en 2003… les travaux au vignoble se mettent en veille dès la mi-journée. Le jeudi à 19h00, le thermomètre affiche encore 40°C à l’ombre… alors au soleil c’est plus que brûlant… Et nos raisins en ont bien souffert… si les Chardonnays semblent moins touchés que les cépages noirs, le Pinot Meunier paye un lourd bilan. Les dommages sont d’autant plus marqués que la vigne présente un feuillage moins dense, ce qui est le cas de celles taillées en guyot et a fortiori de celles conduites en viticulture durable… du coup pas protégées pour des coups de soleil ! Résultat : des raisins grillés sur la face exposée pouvant aller de quelques baies à la grappe entière. Les vignes orientées est-ouest sont beaucoup plus touchées car les rayons du soleil couchant sont arrivés directement sur les raisins d’où des brûlures ou grillures. Le vignoble Champenois n’a vraisemblablement jamais connu cela. Au bilan, on estime à 20 p. cent de perte moyenne sur la commune. Mildiou et Oïdium sont relayés au second plan… Les dégâts de grillure sont bien visibles. Le rendement final en sera évidemment affecté. Notons au passage que les vignes effeuillées sur la face Est n’ont pas subi davantage de dommages.

Avec l’absence de pluie et sous cette chaleur, les rognages sont limités. La vigne ne pousse plus guère.  

Eau salvatrice

Enfin des pluies salvatrices ponctuent définitivement cette période de sécheresse au cours du dernier week-end de juillet. Pas moins de 30 mm tombent tout doucement et permettent d’alimenter les plants de l’année mis en terre pour remplacer les manquants. La pluie est la bienvenue pour cette fois. Le lendemain, le sol n’en porte déjà plus trace.

Elle saura lever le mildiou mis en sommeil avec la venue de quelques nouvelles taches sur entre-cœurs dans les premiers jours d’août. Rien de bien méchant en cette fin de saison. La protection s’arrête enfin avec l’apparition des premières baies vérées (colorées) au 4 août… le véritable début de la véraison (au moins une baie sur 50 p. cent des grappes) est attendu pour le 8-10 août sur notre vignoble. Les derniers travaux de rognage et de tonte sont actuellement en cours. 

L’acquisition d’un nouveau matériel de tonte inter-ceps hydraulique nous permet à cette période de maîtriser l’herbe sur le rang de plantation, couvert végétal parfois bien développé. Si quelques réglages doivent être affinés, cet outil nous sera indispensable dans l’avenir pour une bonne gestion des couverts végétaux avec l'arrêt des herbicides et la suspension du travail du sol après le stade fermeture de grappe.

Préparation des cuvées

Ailleurs en d’autres lieux du domaine, on prépare des essais dégorgement en vue d’optimiser les dosages pour les Champagnes vendus en fin d’année, on accueille la clientèle, on prépare les expéditions. Les dernières livraisons avant la fin de l’été sont également effectuées. On pense déjà à l’organisation de cette prochaine vendange attendue vers la mi-septembre (le suivi maturation de fin août – début septembre permettra d’optimiser la date de cette prochaine cueillette).

En cave et au bureau, on termine l’inventaire pour la déclaration annuelle des stocks ainsi que la clôture de l’exercice comptable.

Pour l’heure, il est temps de ralentir le rythme et de laisser les raisins se colorer et s’enrichir en sucres…

 

Mardi, 6 Août, 2019